Les Ardennes

Volontairement il est noté "les Ardennes" car de part et d'autre de la frontière cette région vivifiante où le paysage est préservé donne une diversité de paysages qui n'a rien à voir avec la Champagne française avec ses plaines sans reliefs ou la Wallonie un peu plate dans la province du Hainaut. Cette région est touristique mais ce sont principalement les Hollandais et les Allemands, puis les frontaliers des deux côtés qui viennent et quelques Luxembourgeois. Alors on peut se demander ce qui définit le mieux les Ardennes, c'est avant tout un territoire forestier qui entoure les méandres de la Semois et la Meuse et on y sent l'aspect préservé presque sauvage, on entend les rapaces voler très haut en poussant des cris perçant. Et le soir les odeurs des sapins, le bruit des sauterellles en été et le ruissellement tranquille de la rivière Semois (ou Semoy pour les français) que l'on admire dans ses courbes les plus folles, comme sur le site du tombeau du géant - une vue imprenable sur la route qui mène à Bouillon depuis Rochehaut. Les maisons sont cossues, et les villages fleuries, on ne sent pas le passage des siècles dans ces contrées. Rien n'interdit de penser qu'un Verlaine, qui vécu quelque temps à Corbion ou se trouve aujourd'hui un musée du tabac et une brasserie à son nom,  puisse déambuler en titubant après avoir étanché sa soif de la fée verte. La fée justement, ce joli nom illustre bien l'apparence des lieux, la forêt omniprésente et épaisse, changeante au gré des saisons donne la touche particulière aux paysages. Les maisons fument très tôt, dès septembre, et la forêt "fume" à son tour le matin, après une nuit fraîche et humide alors que le soleil tape  dans la journée. Depuis Charleville en France on peut se rendre dans  cette belle région, c'est le point de départ pour les routes sinueuses vers Givet. La Belgique détient une bonne part de la richesse de ces paysages envoûtant, mais les Ardennes-Eiffel sont associés pour dynamiser le tourisme tout en préservant la richesse de la diversité de sa flores et faunes, on sent que ces terres encore peu empruntées par les touristes gardent en eux l'authenticité des villages d'antant- reliés par des routes sinueuses... et discrètes, tout comme est le tempérament ardennais, un peu taiseux comme on dit mais accessible dès que la glace tombe. Et elle tombe après pas mal de patience selon les cas. Sans être inhospitalier, l'ardennais garde en lui la rudesse qui caractérisait la vie de ses ancêtres tout comme son climat. Il est bien sûr différent des gens du nord, mais il n'en est pas moins attachant. Et puis la Belgique festive reste une référence même dans la province de Luxembourg, région des ardennes belges. En France il y a certainement une prise de conscience du potentiel touristique, la ville principale: Charleville-Mézières a été littéralement transformée en vingt ans. Sans aucun doute avec l'aide des fonds européens, mais Charleville est en route vers l'avenir, et gardera son âme quoiqu'il advienne. Bon voyage en Ardennes, belge ou française!

ardennes Charleville-Mézières Rochehaut bouillon Tombeau du géant corbion VERLAINE. semois semoy

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site